Ernst Haeckel : l’art au service de la science (ou l’inverse ?)

Ernst Haeckel : l’art au service de la science (ou l’inverse ?)

Sublimer notre vision du monde vivant et faire émerger la beauté des créatures apparemment les plus insignifiantes, tel a été le talent extraordinaire du scientifique, philosophe et artiste Ernst Haeckel. L’émerveillement que procurent ses nombreuses planches consacrées à la biologie marine reste aujourd’hui intact. Un travail et un homme à (re)découvrir.

Un héritage scientifique majeur

Ernst Haeckel nait en 1834 à Potsdam en Allemagne. Après des études de médecine, il part à Naples où il suit des cours de biologie marine : il choisira finalement de se consacrer à la zoologie. Nous sommes à la fin des années 1860 et c’est à cette même époque qu’il fait la connaissance de Charles Darwin : il devient rapidement l’un des plus fervents défenseurs de la théorie de l’évolution et contribue largement à sa popularisation en Europe. Son travail se poursuit auprès du grand public avec la publication d’ouvrages de vulgarisation scientifique qui connaissent un grand succès. On le considère parfois comme le père de l’écologie, qu’il définit comme « la science des relations des organismes avec le monde environnant ». C’est d’ailleurs lui qui a utilisé pour la première fois ce terme en 1866 (qu’il dérive du grec oïkos = demeure). Il est également à l’origine des premiers arbres phylogénétiques destinés à représenter l’évolution des organismes et les liens qu’ils entretiennent entre eux. Il est le premier à dresser cet arbre avec les trois règnes (animaux, végétaux, protistes) descendant d’un même ancêtre commun.

https://www.slate.fr/sites/default/files/photos/Tree_of_life_by_Haeckel.jpg

Avec ses études qui le conduiront à développer la « théorie de la récapitulation », il a également permis de grandes avancées dans le domaine de l’embryologie comparée. Il imagine alors que les stades embryonnaires de toutes les espèces (ontogenèse) résument les modifications physiologiques qu’elles ont connu lors de leur évolution (phylogenèse). Cette idée s’avèrera cependant erronée et il sera en plus accusé d’avoir usé de dessins frauduleux pour appuyer ses dires, ce qu’il reconnaitra lui-même.

Ernst Haeckel Biography - Facts, Childhood, Family Life ...
Ernst Haeckel

En matière de biologie marine, les connaissances acquises grâce aux travaux et découvertes de Haeckel continuent à faire référence. Il se passionne en particulier pour les organismes considérés comme « inférieurs » : éponges, radiolaires (des micro-organismes unicellulaires présents en nombre dans les océans), sinophores… Il voyagera beaucoup au cours de sa vie pour étudier les animaux marins : entre décembre 1872 et mai 1876, il participe à la première grande campagne océanographique mondiale, l’expédition de la corvette britannique H.M.S. Challenger qui parcourut 120 000 km à travers les océans Atlantique, Austral, Indien et Pacifique. Il en ramènera notamment la description de plus de 3500 nouvelles espèces de radiolaires, et de célèbres planches de dessins associées à ses découvertes.

Une mission : unir l’art et de la science

« La nature génère de son ventre une pléthore inépuisable de formes merveilleuses, dont la beauté et la variété dépassent de loin les formes d’art artisanales produites par les êtres humains. »

Haeckel, Préface du 1er fascicule des Formes artistiques de la Nature

L’œuvre laissée par Haeckel est indissociable de ses nombreux dessins qui démontrent sa fascination pour le monde vivant et sa géométrie. Pour le scientifique, le lien entre art et science est une évidence. Ses dessins extrêmement détaillés (rappelons que la photographie n’existait pas à l’époque) semblent être des représentations fidèles de ses observations. A moins que… Une part de son œuvre relève sans nul doute de la fantaisie, posant de fait la question de la fidélité du dessin scientifique et de son but. Une chose est certaine : elle a le mérite de capter instantanément l’attention des profanes.

Ci dessous un très bref apperçu de son art à travers quelques unes de ces planches, extraites de son ouvrage les formes artistiques de la nature :

Nudibranches
Diatomées
Ascidies
Sinophores

Les représentations de Haeckel ont par ailleurs eu une grande influence sur l’art du début du XXème siècle : on le décrit souvent comme l’inspirateur de l’art nouveau. Au musée océanographique de Monaco, les lustres en verres de Constant Roux sont par exemple réalisés sur la base de ses dessins.

Un lustre de Constant Roux inspiré des méduses de Haeckel

Autre exemple emblématique : pour l’exposition universelle de 1900, l’architecte Renée Binet réalise une porte monumentale en utilisant directement comme modèle les dessins de radiolaires du « scientartiste ».

https://i0.wp.com/nunquam-otiosus.net/wp-content/uploads/2020/05/dd86574649df82e6360c07390ed5e09f7dcd086c89ad0d1c57a0d2a6a65e74a7.jpg
Porte monumentale de Renée Binet inspiré des dessins de radiolaires de Haeckel, exposition universelle de 1900, Paris

Un penseur controversé, précurseur de l’écologie politique

Impossible de dresser le portrait de Haeckel sans évoquer la philosophie qui accompagnait ses recherches. Il a en effet pris des positions très peu conventionnelles à son époque. Il fut à l’origine du monisme, un courant qui refuse de dissocier les sciences naturelles (la matière) de celles de l’esprit. Sa croyance lui fait alors considérer la psychologie comme une branche de la physiologie, chaque cellule ayant en quelque sorte des propriétés psychiques. Considérer la pensée de Haeckel, c’est mettre à mal l’idée selon laquelle une approche réductrice de l’écologie, en tant que domaine purement scientifique, aurait mené plus tard au développement d’une écologie politique en réaction aux crises environnementales. Dès le départ, il conçoit l’écologie dans une démarche holistique destinée à replacer l’homme à sa juste place dans la nature : il est sans doute le premier à affirmer la non-spécificité de l’homme, préfigurant avec un siècle d’avance les théories de l’éco-centrisme (face à l’anthropo-centrisme) et de l’écologie profonde. En s’opposant de ce fait aux traditions des religions monothéistes, il sera qualifié d’anti-clérical ce qui n’aura pas été sans lui poser problème… Dans une perspective profondément humaniste, il affirme finalement que « toute science de la nature est de la philosophie et toute vraie philosophie est une science naturelle ».

On devine là la richesse qu’il y aurait à explorer son héritage. Pourtant, si vous cherchez davantage d’informations sur Haeckel vous tomberez très rapidement sur les controverses dont il fait l’objet. Il aurait en particulier été l’un des premiers à s’appuyer sur la théorie de l’évolution pour proposer une classification des races humaines, dans la lignée des futures théories biologiques nazies. Ces accusations sont discutées dans cet article de recherche paru dans la revue française de l’histoire des idées politique par Ariane Debourdeau. Intéressant pour qui cherche à approfondir un peu la pensée de cet homme, de manière bien plus étayée et nuancée que sur Wikipedia.

Ainsi, sans être exempt de parts d’ombre, Haeckel fut un homme aux multiples facettes, à la fois grand scientifique, artiste et penseur avant-gardiste. Adulé et décrié, il est encore aujourd’hui une source d’inspiration et de fascination. Si vous avez besoin d’une idée cadeau (ou si vous voulez tout simplement vous faire plaisir), sachez que Taschen propose depuis quelques mois un volume à prix réduit dédié à Haeckel. Promis, je n’ai aucun lien avec l’éditeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top